Le processus de fabrication du vin, du broyage des raisins à la fermentation, date de plusieurs milliers d’années. Mais de nos jours, dans une époque de mondialisation où les consommateurs sont de plus en plus sophistiqués, la vente de vin exige une approche moderne.
Prenez par exemple Summerhill Pyramid Winery. Le vigneron de la Colombie-Britannique a commencé à accepter Alipay en vue de permettre aux consommateurs chinois de ramener plus facilement à la maison une bouteille de vin mousseux Brut Rosé ou de Spadefoot Toad Syrah.

Le nombre de visites guidées pour groupes de Chinois dans les vignobles de Summerhill, dans la vallée de l’Okanagan — voyez-y la région bordelaise ou la Toscane du Canada —, connaît une croissance régulière depuis vingt ans. Il était donc tout naturel que l’entreprise trouve une façon de mieux servir ces clients.

C’est là un coup agile pour une entreprise oeuvrant dans une industrie qui n’est pas connue pour ses retournements rapides, du moins pour ce qui est du développement des affaires et du marketing. Mais ces types d’initiatives vont de pair avec la philosophie apportée à Summerhill lors de l’ouverture de l’entreprise vinicole en 1986. Celle-ci a été fondée par des émigrés de New York, qui se sont avérés des pionniers de la fabrication de vin dans la vallée de l’Okanagan, et plutôt que de simplement planter des raisins européens, ils ont transformé le vignoble en une authentique destination touristique avec visites guidées, auberge et bistrot biologique.

Un dévouement à la fabrication de vin biologique a produit un certain nombre de crus primés au fil des années, la vallée s’attirant ainsi encore plus reconnaissance. C’est cette reconnaissance mondiale qui la première a commencé à attirer les touristes chinois. Aujourd’hui, Summerhill accorde une attention particulière aux amateurs de vin de Chine, le pays ayant délogé pour l’entreprise les États-Unis à titre de deuxième plus grand marché après le Canada.

Les exportations de Summerhill en Chine ont commencé il y a neuf ans, son vin ayant d’abord rejoint les consommateurs par les distributeurs. Toutefois, Cipes a récemment décidé d’essayer le commerce électronique là-bas, vu que c’est là un canal de vente fort qui a fait ses preuves au Canada et aux États-Unis.

On doit pour cela tirer profit du 9.9 Global Wine & Spirits Festival sur Tmall. Le festival attirera l’attention sur beaucoup de vinificateurs et de sociétés de liqueurs sur place, ce qui aidera à renforcer la marque Summerhill chez les consommateurs chinois. Mais c’est également l’occasion de comprendre le processus permettant d’apporter des vins Summerhill en Chine, ce qui comprend la logistique, l’entreposage et le service, afin d’assurer une expérience d’achat sans heurt.

Il y a également deux diffusions en continu prévues depuis le vignoble, lesquelles visent à introduire les consommateurs chinois aux vins de Summerhill, une à la fin septembre et l’autre juste après le 11.11 Global Shopping Festival de novembre.

Il tarde à Summerhill de laisser une véritable impression sur les buveurs de vin chinois.